• Lasagnes de cheval : comment devenir deux fois mauvaise mère

    FLICKR / MARIO SPANN
    Publié le 18 fév 2013 / 16 commentaires

    Je nous voyais comme un couple solide. C'était pour moi un partenaire inestimable. Il m'a sortie d'affaire plus d'une fois : quand je flanche, je sais qu'il est là.

    Lui, c'est Picard. Parce qu'il n'y a rien de plus culpabilisant que le coup de fil de la babysitter à 19h qui demande ce que les enfants mangent quand on n'a rien préparé. En dehors de la soupe et des tartines (un à deux repas par semaine), d'une quiche faite maison (une fois par semaine), il (nous) reste encore trois repas à démerder. Quand je suis vraiment on fire le week-end, je prépare des lasagnes (maison) en avance ou un autre plat. Et le reste du temps, monsieur Picard est là. La barquette de hachis parmentier réchauffée en 3 minutes 30 et partagée en deux, c'est lui. La barquette de pâtes au fromage, c'est lui aussi.

    J'étais presque jalouse, étant donné que mes enfants préfèrent sa gastronomie à ma cuisine, mais il est d'une aide si précieuse que j'ai composé avec. Grâce à lui, mes enfants mangeaient et ils aimaient plutôt ça. Et moi, j'avais la satisfaction de ne pas être une si mauvaise mère.

    Jusqu'à ce que j'apprenne qu'ils mangeaient un peu de la merde. Je ne dis pas ça pour les chevaux, je ne voudrais pas les vexer. Mais bon, on commence par un jarret, on apprend qu'il y avait aussi le sabot et les antibio, on se demande nécessairement quelle sera la prochaine étape.

    Je sais que ce n'est pas directement la faute de Picard. Qu'il a été aidé par plein de filous. Mais à la fin, c'est toujours de ma faute à moi. C'était déjà ma faute si mes enfants mangeaient des plats préparés, ça signifiait juste que je n'étais pas capable de les nourrir moi-même. Mais désormais, en prime, je dois culpabiliser de leur donner des saletés, alors qu'il n'y a pas si longtemps, on appelait ça des "bons petits plats". Ils ont peut-être perdu l'étiquette "cheval" entre la Roumanie et la France, mais moi, j'ai été étiquetée "mauvaise mère" deux fois.

    « »
    Partager via Gmail