• Evan Jager revient sur sa première expérience olympique

    Publié le 17 octobre 2012 à 00h00, par Christophe Rochotte
    Evan Jager nouvel espoir américain du steeple (Photo : Gilles Bertrand)
    Dans le même dossier
     
     
     jager  A seulement 23 ans, la nouvelle coqueluche du steeple US a surpris par sa progression époustouflante, qui s’explique en toute logique. Champion des USA junior sur 1500 mètres, auteur d’un chrono de 3’38’’33 sur cette distance et d’un temps de 3’54’’35 sur le mile. Sélectionné à 20 ans sur 5000 mètres aux mondiaux de Berlin, il a réalisé pour l’instant une performance de 13’22’’18 sur les 12 tours de piste. Voilà pourquoi il semblait en mesure de porter le record national à 8’06’21 sur le steeple. Confiant en son potentiel, il espérait être en mesure de se mêler à la lutte pour glaner une médaille. Pourtant, il terminera 6e en 8’23’’87. Un résultat qu’il parvient à analyser.

     

     Suite aux mondiaux de Berlin, ce jeune Américain a connu une période de doute liée à une blessure à un pied l’obligeant à subir une intervention chirurgicale en 2011. Une fois la forme retrouvée, il hésite quant à la distance à choisir dans l’optique d’une éventuelle qualification aux JO de Londres. Au niveau US, il sait que finir dans les 3 premiers aux Trials sur le 5000 risque d’être compliqué. Ensuite, même sélectionné à quoi bon se rendre à Londres pour se faire sortir en série, car avec ses 13’22’’18 il s’estime vraiment limite face à l’armada africaine.

     Il se souvient alors que lorsqu’il était encore junior tout en étudiant  dans une université de l’Illinois, les entraîneurs ne comprenaient pas pourquoi, il n’essayait pas le steeple : « Ils me disaient que je possédais toutes les qualités pour devenir un très bon spécialiste. Selon eux j’avais l’endurance, la vitesse et la souplesse nécessaires. Il est vrai que pour m’amuser, il m’arrivait de participer à des concours de saut en hauteur. J’ai passé 1,90 mètre » : explique-t-il.

     Désormais sous contrat avec l’université de Portland dans l’Oregon, Jerry Schumacher son nouveau coach lui suggère aussi de se lancer sur le steeple. En avril, sans réelles ambitions et simplement motivé par la volonté de se situer entre 8’20’’ et 8’40, il effectue son premier essai. Verdict : 8’26’’21. « Là j’ai compris qu’il fallait persévérer. Surtout que je n’avais travaillé les barrières et la rivière qu’à 4 reprises. Jerry me trouvait étonnant de facilité sur les obstacles. Ceci-dit, le talent ne suffit encore allait-il falloir bosser dur » : affirme cet espoir.

     Après avoir dominé les trials et décrocher son ticket pour les JO, il a pu prendre part au meeting de Monaco, où touché par la grâce il hisse le record des Etats-Unis à 8’06’’21. A ce sujet, Evan admet : « Même si deux Kényans, dont je savais qu’ils n’iraient pas Jeux m’ont battu, ce résultat m’a mis en confiance à l’approche de l’échéance. J’avais beau savoir, que 3 Kényans encore plus forts que ceux-ci concourraient à Londres, je ne m’inquiétais pas. Je me sentais en mesure de rivaliser avec les meilleurs. D’autant plus que ce jour-là j’aurais pu gagner 1 à 2 secondes de mieux, car le premier km avait été assez lent »

     Une fois à Londres, sans sombrer dans un excès de confiance sa seconde place en série en 8’16’’61 le conforte dans cette hypothèse, puisque des prétendants à la victoire émargent derrière lui.

      Mais en finale, il reconnaît que son manque d’expérience des grands championnats et une faille dans sa préparation lui ont été fatals : « D’abord, je n’avais couru les 4 premiers tours aussi lentement. Cela n’a commencé à accélérer qu’à l’entame des 3 derniers. Je n’étais pas habitué à me retrouver coincé en peloton. Au cours des Trials, j’avais mené la course à ma guise. A Monaco des lièvres nous emmenaient sur des bases rapides avec pour conséquence d’étirer le groupe et de ne pas manquer d’espace avant d’aborder les barrières. Là, c’était trop compact et ça virait presque au pugilat. La seule façon de m’en sortir aurait été de faire l’extérieur, d’accélérer et d’enflammer la course. Toutefois, cela aurait été suicidaire de ma part. Courir groupés s’apprend. Enfin, bien que préparé à accomplir le dernier tour très vite, je n’ai pas compris ce qu’il s’est passé. 4 athlètes l’ont bouclé en moins de 57’’ et je suis demeuré scotché sur place à les regarder filer. Dans ce secteur, des modifications s’imposent à l’entraînement. Je m’étais livré à des simulations dans l’hypothèse d’un finish rapide, mais jamais au cours des séances je n’ai fait mieux que 59’’ dans un dernier tour en conclusion d’une séance difficile. Donc, à l’avenir je vais m’astreindre à bosser encore plus dur, si je veux me rapprocher de ces 56’’ »

     Si ce « Néophyte » reconnaît avoir ressassé et éprouvé une certaine déception la semaine qui a suivie cette première finale, avec du recul il estime maintenant qu’il n’a pas à se plaindre de sa saison : « Pour un gars qui a commencé le steeple au printemps, avoir réalisé un tel chrono en meeting et obtenir une 6e place en finale olympique, ce n’est pas si mal. Je n’ai que 23 ans. L’an prochain aux mondiaux de Moscou, je tenterai de battre ce Français, médaille d'argent pour la seconde fois consécutive. Lui arrive à lutter à armes égales avec les ténors africains. Pourquoi pas moi ? »